Les Éditions du Rognon

Les Éditions du Rognon

sont nées en 1994 après une gestation au sein des ateliers Maeght. Elles se sont données pour vocation d’offrir à un public d’amateurs une collection de livres rares et d’images originales.

Résolument inscrites dans une démarche à l’encontre de la culture dite de masse, Les Éditions du Rognon invitent à pénétrer dans un univers où le texte et l’image se mêlent en une écriture originale. Le verbal et le vivant y sont déclinés avec rigueur et humour.

Veaux, vaches, cochons ailés ou verrats nonchalants, taureaux, femmes fatales ou femmes enceintes, danseuses improbables ou phallus à pattes, tels sont les personnages principaux de la mythologie intime d’Adeline Rognon.

Martin Châteauvert, relieur de son état, travaille à la mise en forme des œuvres, mise en page et habillage des livres.

A proposOriginaire de Montpellier, Adeline Rognon vit et travaille à Montréal, au Québec, depuis bientôt dix ans. Après une solide formation en histoire de l’art et en arts plastiques à l’université et aux Beaux Arts de Bordeaux, c’est en 1994 qu’elle entre comme stagiaire à l’imprimerie Arte Adrien Maeght. Elle y découvre le monde merveilleux des livres d’artiste.

Sa rencontre avec la famille Maeght est décisive. Travailler sur les mêmes presses que Miró, Matisse, Tapiès est particulièrement stimulant : comme s’ils me parlaient à travers la matière des pierres à litho pour me prodiguer de précieux conseils. Elle rencontre aussi les peintres Arroyo, Del Re et fait la connaissance de Siné. Elle fonde alors les Éditions du Rognon, poussée par son désir d’indépendance et sa ferme volonté d’explorer les thématiques qui lui sont chères : les cochons et les vaches, le langage populaire, la sensualité et l’érotisme.

Plus tard elle rencontre Riopelle et découvre le Canada. Son travail est alors marqué par une forme de nomadisme.

Le goût de faire des livres, correspond au besoin de ne pas choisir entre le texte et l’image mais au contraire de développer en symbiose ces deux modes de pensée. De plus, le livre entretient avec le lecteur, ou plutôt le regardeur pour reprendre la formule de Marcel Duchamp, une relation privilégiée investie d’une dimension temporelle. Pages après pages, les images défilent, comme au cinéma, tantôt muettes, tantôt accompagnées de textes. Véritable alchimiste du visuel, elle veux donner à l’image toute sa puissance évocatrice. Demander un texte à un auteur, en utiliser un déjà écrit ou dresser une liste de mots permet de trouver un stimulant et de confronter son imaginaire à celui des autres.

Depuis son installation au Canada elle travaille en collaboration étroite avec un relieur, Martin Châteauvert, qui crée sur mesure boîtes et reliures qui sont autant d’écrins superbes pour ces beaux livres.